3 questions à ... Marie, notre design manager

19/04/2019
19/04/2019

A l'occasion de la fin de la Biennale Internationale du Design, Marie se prête au jeu des 3 questions et revient sur le concept du design et son intérêt sur les dispositifs médicaux.

 

1) Qu’est-ce que le design ? 

Le design est une discipline qui tente de réconcilier le fond et la forme. Les designers s’intéressent à ce que raconte les objets ; ils sont des témoins de leur époque en créant du lien entre la forme et la fonction. Leur mission est ainsi à cheval sur trois disciplines : le marketing et le positionnement, le développement de produits avec les ingénieurs et la sociologie car les objets signent notre époque.  

2) Quel est l’intérêt du design sur les dispositifs médicaux ?  

C’est compliqué de porter un dispositif médical (DM), on ne le fait pas par plaisir et si celui-ci est mieux pensé il sera alors plus facile à porter. Le design a pour but de favoriser l’observance et de rendre l’objet acceptable, on n’en est pas encore au moment où l’on montre fièrement sa genouillère ou son poignet comme un élément de mode. Le design n’a eu sa place que récemment sur les DM, c’est une nature de produits encore peu explorée par le design. Thuasne et quelques Allemands ont été les premiers à faire du design sur ces produits médicaux. Avant les genouillères étaient des “tubes blancs”, maintenant on va imaginer comment dessiner tout un tas de choses facilitatrices pour que cet objet soit acceptable et puisse être porté tous les jours. 

3) Pourquoi notre groupe est présent à la biennale internationale du design ? 

Dès que Thuasne a commencé à faire du design, on s’est intéressé à ce qu’il se passait à la cité du design. On a été présent à chaque biennale depuis une dizaine d’années. C’est une occasion unique pour nous de montrer notre travail au grand public, nous n’avons pas souvent cette chance là puisque nos produits sont cachés derrière le comptoir dans une pharmacie. Les expositions design ont ce mérite de rendre ces objets plus visibles et de les faire mieux comprendre à ceux qui ignorent encore que les orthèses existent. Et puis la Biennale est à Saint-Etienne, notre région de coeur.