Le lymphœdème des membres inférieurs

27/03/2018

Conséquence d’un dysfonctionnement du système lymphatique, le lymphœdème du ou des membre(s) inférieur(s) est responsable d’inconfort et de risques de complications cutanées. Une prise en charge comprenant drainage manuel et compression du membre atteint est nécessaire.

Le lymphœdème des membres inférieurs résulte d’un ralentissement ou d’un blocage de la lymphe qui circule dans le système lymphatique. La stase de la lymphe se traduit par une augmentation de volume, localisée ou diffuse, de l’un ou des deux membres et d’une modification du tissu sous-cutané. Le membre s’empâte en faisant disparaître les saillies osseuses du genou ou de la cheville. Dans les cas sévères, il peut s’accompagner de problèmes de peau et de jaunissement des ongles des orteils.

Lymphœdème primaire ou secondaire

Selon son mode d’apparition, on distingue :

  • Le lymphoedème primaire des membres inférieurs. Il est présent à la naissance ou apparaît chez l’adulte jeune, souvent à l’occasion d’un traumatisme minime comme une entorse, un choc, une piqûre d’insecte. Il atteint habituellement les deux membres.
  • Le lymphoedème secondaire. Il se développe suite à une atteinte localisée du réseau lymphatique par un traitement de chirurgie pour un cancer de la zone pelvienne (col de l’utérus, ovaires, prostate, vessie, rectum, etc.) ou suite à une infection par exemple. Il touche dans ce cas plutôt l’un des deux membres.

Une prise en charge active pour retrouver la mobilité

Le traitement du lymphœdème des membres inférieurs comporte la pose de bandages et le drainage lymphatique manuel (massage des zones atteintes par la stase de la lymphe) par le kinésithérapeute. Le port au long cours d’une orthèse de compression est nécessaire : chaussettes, bas-cuisse ou collants selon les cas. Il est complété par des mesures d’hygiène de vie (activité physique douce, gestion du poids) et de soins de la peau. Elles permettent de réduire les risques d’aggravation du lymphœdème et d’infections de la peau (érysipèle) ou des vaisseaux lymphatiques (lymphangite). Exceptionnellement, une chirurgie peut être envisagée dans les cas sévères et en cas d’échec des autres traitements.

Sources HAS :
La compression médicale dans le traitement du lymphoedème, 2010 J.-C. Ferrandez, S. Theys : Lymphoedèmes des membres inférieurs - Doi : 10.1016/S0292-062X(11)57020-5 Bongard O : Lymphoedème des membres inférieurs. Le point de vue de l'angiologue Rev Med Suisse 2002; volume -2. 22155 Item 323 : Oedèmes des membres inférieurs. Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire, 2010-2011