Les cervicales

27/03/2018

Les vertèbres qui forment le rachis cervical soutiennent la tête et permettent ses mouvements. Les principales pathologies touchant cette zone très sensible du corps sont liées à des traumatismes ou à une dégénérescence articulaire.

Partie supérieure de la colonne vertébrale, le rachis cervical est constitué de 7 vertèbres comprises entre le crâne et la première vertèbre thoracique. A la fois très mobile et responsable du support de la position et du poids de la tête, il est particulièrement vulnérable aux traumatismes et lésions musculaires, ligamentaires, nerveuses et cartilagineuses. Parmi celles-ci, on compte notamment :

 

  • Le torticolis. Il s’agit d’une contraction involontaire persistant sur plusieurs jours d’un muscle du cou, habituellement le sterno-cléido-mastoïdien et/ou le trapèze, survenant souvent après une mauvaise position durant le sommeil. La douleur peut être très importante et une raideur localisée peut empêcher tout mouvement de la tête.
     
  • L’entorse cervicale. Cette lésion d’un ligament des vertèbres du cou survient après un mouvement brutal, notamment un choc. Le fameux « coup du lapin » qui projette la tête en arrière ou en avant lors d’une collision automobile est une entorse cervicale.
     
  • La névralgie cervico-brachiale. Cette lésion d’un disque intervertébral cervical est provoquée par un traumatisme ou par l’usure et entraîne une compression sur les structures nerveuses du voisinage. Elle engendre une douleur sur le cou et le bras s’étendant jusqu’aux doigts Elle peut s’accompagner de fourmillements et de pertes de sensibilité dans le membre supérieur.
     
  • L'arthrose cervicale, ou cervicarthrose. Elle se définit par l'usure du cartilage des vertèbres cervicales. Cette maladie chronique, qui évolue progressivement sur plusieurs années, est fréquente chez les personnes de plus de 40 ans. Elle se manifeste par des douleurs variables de la nuque, des raideurs du cou et des maux de tête.

Soulager un cou douloureux

Les traitements des pathologies mécaniques touchant le rachis cervical comprennent la prise d’antidouleur et d’anti-inflammatoires, l’application de chaleur (en cas de contracture musculaire) ou de froid (en cas d’inflammation) et dans certains cas aigus ou poussées douloureuses, la mise au repos temporaire par collier cervical. La kinésithérapie avec renforcement musculaire, massages et étirements du cou peut également améliorer les douleurs, notamment en récupération après une entorse ou en cas d’arthrose.

Sources :
Collège Français des Enseignants en Rhumatologie : Item 2015 : Rachialgies. 2010-2011
C. Laporte, G. Saillant : Les entorses du rachis cervical inferieur. Maîtrise Orthopédique, nov. 1997
Auger J, Berenbaum F: Le grand livre de l’arthrose, éd. Eyrolles 2016.