Les troubles veineux chroniques

27/03/2018

22 millions de Français sont touchés par l’« insuffisance veineuse chronique ». Cette maladie veineuse provient d’un défaut de tonicité des veines qui n’assurent plus correctement le retour du sang des pieds vers le cœur. Elle est à l’origine de la sensation désagréable de jambes lourdes pouvant s’accompagner d’œdème et à un stade plus avancé de varices et de troubles cutanés. Le port de bas de compression est le traitement de base de cette affection.

Lorsque le sang circule dans le corps, il est envoyé sous l’impulsion du cœur par les artères dans tout l’organisme et retourne par les veines des extrémités vers le cœur. Le sang arrivé au niveau des pieds doit pouvoir se propulser vers le haut en luttant contre la gravité : là intervient la « pompe veineuse ». Ce système s’active grâce à la respiration, la pression des plantes des pieds au sol, la contraction des mollets et à l’aide de valves à l’intérieur des veines qui empêche le sang de refluer en sens inverse.

Des jambes lourdes aux ulcères, une affection de sévérité croissante

Dans la maladie veineuse, ce système de pompe n’est plus assez efficace et les valves veineuses ont perdu de leur tonicité. Le sang stagne au niveau des jambes, donnant une sensation de « jambes lourdes » accompagné de fourmillements, de gonflement des pieds en fin de journée et de fatigabilité. D’autres caractéristiques s’ajoutent, en fonction de l’évolution de la maladie selon la classification CEAP :

  • CO : sensation de « jambes lourdes » ;
  • C1- C2 : petites veines rouges apparentes (téliangectasies) / varices ;
  • C3 : œdème (gonflement) ;
  • C4 : pigmentation de la peau, eczéma / épaississement de la peau, taches blanches ;
  • C5 – C6 : ulcères variqueux cicatrisé /non cicatrisé.

Ce trouble chronique très fréquent touche majoritairement les femmes. Il est favorisé par l’hérédité, la sédentarité, l'obésité, la grossesse, mais aussi par le port de vêtements serrés qui entravent la circulation sanguine dans les membres.

Quelles solutions ?

La compression veineuse par bandes ou bas de contention à pression représente le traitement de base des affections veineuses chroniques à partir du stade C2. Elle diminue l’œdème, le volume des veines et le reflux, accélère le flux veineux et une améliore de la microcirculation. Elle contribue également à la prévention des ulcères. Dès les premiers stades, il est également conseillé de surélever les jambes le plus souvent possible, de marcher régulièrement, de lutter contre le surpoids, d’éviter le chauffage par le sol et l’exposition au soleil prolongée. Les varices peuvent faire l’objet d’une chirurgie.

Sources :
Blanchemaison P, Myon E, Martin N, Malezieux X, Taieb C : Maladie veineuse en France : approche épidémiologique. Décision Thérapeutique 2004 ; 17 : 29-34. HAS – Bon usage des technologies de santé : La compression médicale dans les affections veineuses chroniques, 2011 Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Item 136 : Insuffisance veineuse chronique. Varices, 2010-2011 Chauveau M, Cros F, Gelade P : Impact de la taille d’un bas de compression dégressive sur son efficacité hémodynamique et sa tolérance : apport de la modélisation. Journal des Maladies Vasculaires, Vol. 39, n° 5, October 2014, p. 335-336
Voir également

Les « jambes lourdes »

Symptôme initial de la maladie veineuse chronique , la sensation de jambes lourdes peut diminuer grâce à des mesures d’hygiène de vie et de bons réflexes telles que l’activité physique et l’élévation des jambes.
EN SAVOIR PLUS

Les varices

20 à 35 % de la population française serait touché par des varices, des veines sous-cutanées des jambes devenues dilatées et tortueuses. La compression et la chirurgie peuvent éviter les complications associées à la maladie variqueuse.
EN SAVOIR PLUS